Amiante : nouvelles préconisations aux employeurs publics

De nouvelles préconisations juridiques sur la prévention des risques d’exposition à l’amiante, son suivi et sa réparation, est en cours de publication et va donc s’imposer aux employeurs sur les 3 versants de la Fonction Publique.

Après plu­sieurs séan­ces de tra­vail, la for­ma­tion spé­cia­li­sée Hygiène sécu­rité et santé au tra­vail du CCFP a validé le texte de la cir­cu­laire rela­tive aux dis­po­si­tions appli­ca­bles en matière de pré­ven­tion du risque d’expo­si­tion à l’amiante.

L’UNSA Fonction Publique acte posi­ti­ve­ment l’abou­tis­se­ment de ce tra­vail et sou­li­gne l’attente sus­ci­tée par cette cir­cu­laire chez les agents concer­nés. En effet, ce docu­ment apporte beau­coup de pré­ci­sions. Destiné à être acces­si­ble au plus grand nombre, la lisi­bi­lité a pris le pas sur une immer­sion pure­ment tech­ni­que qui aurait pu nuire à sa com­pré­hen­sion.

Cette très impor­tante cir­cu­laire, a beau­coup évoluée au fil des amen­de­ments et l’UNSA Fonction Publique se féli­cite de l’inté­gra­tion de ses dif­fé­ren­tes inter­ven­tions et contri­bu­tions émises au cours de la concer­ta­tion. La signa­ture de Mme la Ministre de la Fonction Publique au bas cette cir­cu­laire, tra­duit pour nous, une impli­ca­tion forte du gou­ver­ne­ment sur la ques­tion récur­rente de la pré­ven­tion des ris­ques pro­fes­sion­nels liés à l’amiante et plus glo­ba­le­ment pour le domaine de la santé au tra­vail.

Cette cir­cu­laire, à entrée en vigueur immé­diate, rap­pelle à l’ensem­ble des employeurs de la Fonction Publique (3 ver­sants), les règles et mesu­res à mettre en œuvre dans le cadre de la pré­ven­tion des expo­si­tions à l’amiante. Elle insiste sur la res­pon­sa­bi­lité pénale des employeurs et leur obli­ga­tion de mise en œuvre des plans de pré­ven­tion col­lec­tive et indi­vi­duelle, mais également des diag­nos­tics amiante, des métho­des et moyens d’inter­ven­tion sur des maté­riaux conte­nant de l’amiante, ou de la tra­ça­bi­lité des expo­si­tions.
Le der­nier volet du texte, pré­sente plus pré­ci­sé­ment la pro­cé­dure en matière de suivi médi­cal des agents expo­sés (acti­ve­ment ou pas­si­ve­ment) et leurs suivis post pro­fes­sion­nel.

Pour l’UNSA, il reste cepen­dant à tra­duire en actes deux autres enga­ge­ments du gou­ver­ne­ment :
Mise en œuvre rapide de l’ASCAA (Allocation Spécifique de Cessation Anticipée d’Activité) à l’ensem­ble des agents expo­sés.

Evolution régle­men­taire concer­nant l’impu­ta­bi­lité au ser­vice. L’UNSA étant favo­ra­ble à une évolution qui éviterait à l’agent public de sup­por­ter la charge de la preuve, à l’instar de la situa­tion des sala­riés expo­sés du sec­teur privé.
L’UNSA res­tera atten­tive aux calen­driers prévus pour la prise en compte effec­tive de ces mesu­res.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s