Vers une hausse des salaires des fonctionnaires

Marylise Lebranchu, ministre de la Fonction publique, pourrait annoncer une bonne nouvelle aux fonctionnaires en février 2016

Gelé depuis plus de cinq ans, le point d’indice des agents de la fonction publique pourrait être revalorisé l’année prochaine.

La ministre de la Fonction publique a laissé entendre lundi que le rendez-vous salarial prévu avec les syndicats de la fonction publique en février 2016 pourrait être l’occasion de revaloriser le point d’indice qui sert de base au calcul de la rémunération des fonctionnaires et est gelé depuis juillet 2010. «Nous voulons renverser les courbes pour les fonctionnaires qui ont l’impression de ne cesser de descendre des marches depuis des années en termes de rémunération, de reconnaissance de leur engagement…», a déclaré Marylise Lebranchu, dans une interview à l’agence de presse spécialisée AEF. Cette piste avait déjà été évoquée par Matignon. «Si nous faisons cette proposition (de rendez-vous salarial, NDLR), ce n’est pas pour arriver avec une enveloppe zéro», confiait fin septembre l’entourage de Manuel Valls.

Un électorat crucial pour la gauche

Jusqu’à récemment, l’actuelle majorité s’était montrée assez rigoureuse dans la gestion de la fonction publique. Le gel du point, couplé à la baisse puis à la stabilisation des effectifs et à la stricte tenue des primes, a permis de contenir la masse salariale de l’État à 81 milliards d’euros de 2011 à 2014, selon la Cour des comptes. Quant à la masse salariale de l’ensemble des fonctions publiques – État, hospitalière et territoriale -, elle a progressé de 2,3 % de 2010 à 2013, contre une hausse de 4,7 % en 2008-2009 et de 5,4 % dans les années 1990.

Mais, depuis quelques semaines, l’exécutif semble prêt à rouvrir les vannes. L’approche des élections – régionales en décembre et surtout présidentielle en 2017 – n’y est certainement pas pour rien. Les 5,4 millions de fonctionnaires sont un électorat crucial pour la gauche. Certes, Marylise Lebranchu a précisé que la mesure qui sera décidée en février «sera forcément limitée, compte tenu des contraintes budgétaires». Mais même une hausse limitée du point d’indice est très coûteuse. Ainsi, une augmentation de 1 % grève le budget du seul État de 1,5 milliard d’euros par an. En outre, le gouvernement a décidé fin septembre d’appliquer un protocole d’accord plus large sur la rémunération et la carrière des fonctionnaires. Or la Cour des comptes a chiffré à 4,5 milliards à l’horizon 2020 son coût pour les trois fonctions publiques. Le gouvernement réfute, lui, cette estimation, mais sans livrer la sienne.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s