Absentéisme dans la fonction publique : idées reçues

EDITORIAL
«Touchy », le sujet de l’absentéisme l’est tout autant que celui du temps de travail. Si le second fait l’objet d’un rapport confié à Philippe Laurent, président du Conseil sup’ et maire (UDI) de Sceaux, devant être dévoilé début 2016, le premier surgit de façon récurrente et parfois tendancieuse dans les études et commentaires sur les fonctionnaires…

«Touchy », le sujet de l’absentéisme l’est tout autant que celui du temps de travail. Si le second fait l’objet d’un rapport confié à Philippe Laurent, président du Conseil sup’ et maire (UDI) de Sceaux, devant être dévoilé début 2016, le premier surgit de façon récurrente et parfois tendancieuse dans les études et commentaires sur les fonctionnaires… Avec son inévitable corollaire, le jour de carence abrogé par la ministre Marylise Lebranchu, en 2013, une mesure largement décriée par ses opposants politiques.

Lire aussi : L’absentéisme continue à croître dans les collectivités

Une attention particulière

Le rapport 2015 de la DGAFP sur l’état de la fonction publique remet cette thématique sur le devant de la scène en tordant le cou à bien des idées reçues. Dans cette nouvelle édition, le croisement des chiffres de la direction générale de l’administration et de la fonction publique avec ceux de l’enquête nationale « Conditions de travail », réalisée par l’Insee avec la Dares (ministère du Travail), permet de comparer les trois versants de la fonction publique avec le privé.
Lire aussi : Les fonctionnaires ne sont pas beaucoup plus absents que les salariés, mais ils sont mieux formés

S’il apparaît que les fonctionnaires sont un peu plus souvent absents que les salariés, ils le sont aussi moins longtemps. Derrière les séries de tableaux, graphiques et camemberts, un enseignement mérite encore plus d’attention, celui du lien qui se dégage clairement entre conditions de travail et absences pour raison de santé.

Exposition aux risques

En effet, dans la territoriale, les agents des catégories B et C, autant dire le gros des troupes, sont les plus nombreux à s’absenter, particulièrement dans les métiers du social ou de l’entretien/maintenance. Cette situation met donc en évidence le lien de causalité entre absentéisme et exposition à des risques professionnels et psychosociaux forts.
Au-delà de ce constat et du surcoût financier que cela entraîne pour les collectivités, la question de la prévention doit rester au cœur des préoccupations des acteurs de la territoriale. Prévention des troubles musculosquelettiques, des risques psychosociaux, mais aussi formation. Un domaine où, si l’on en croit le nouveau rapport de la DGAFP, les territoriaux montrent leur appétence.

Répondre aux exigences du service public, défendre les valeurs du service public nécessitent des fonctionnaires en bonne santé, motivés et bien formés. Tout comme les salariés du privé.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s