Mieux former les territoriaux aux enjeux de santé : une convention entre la DGS et le CNFPT

Un article Santé/Formation Publié le jeudi 7 avril 2016.

La direction générale de la santé (DGS) et le Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT) ont signé le 5 avril une convention de partenariat en vue de « renforcer la formation des professionnels territoriaux œuvrant dans le champ de la santé autour de la mise en œuvre des objectifs de la politique nationale de santé ». Les personnels visés vont au-delà des seuls professionnels de santé, puisque l’accord vise à renforcer « le champ de la santé et des domaines qui l’influencent (logement, transports, urbanisme, éducation, emploi, etc.) ».
A première vue, ce partenariat peut sembler à contre-courant, puisque ces dernières années ont plutôt vu une tendance au désinvestissement des collectivités du champ de la santé publique et une « recentralisation » de certaines actions ou politiques. Mais la loi du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé – dont de nombreuses dispositions ont un impact sur les collectivités (voir notre article ci-contre du 9 février 2016) – et la montée en charge de thématiques comme la santé environnementale ont changé la donne.

La convention de partenariat entre la DGS et le CNFPT prévoit donc quatre grands axes de collaboration. Le premier consiste à favoriser une culture commune en matière de santé publique entre les agents de l’Etat et ceux des collectivités territoriales. Le second prévoit de développer conjointement une « offre de formation adaptée ». En pratique, la DGS apportera son expertise au CNFPT pour l’élaboration et la mise en oeuvre de formations dans le domaine de la santé. Le CNFPT pourra ainsi « proposer des formations s’appuyant sur des guides méthodologiques élaborés par la direction générale de la santé ou ses opérateurs et partenaires ».
Priorité à la santé mentale, à la nutrition et à la lutte contre l’ambroisie
Troisième axe de la convention : favoriser les échanges de compétences et d’expertises, afin de valoriser et de consolider la méthodologie d’intervention territoriale. Il s’agira, en pratique, d’organiser et de partager les retours d’expérience du terrain, afin de capitaliser sur les bonnes pratiques locales en matière de santé. Enfin, le quatrième axe consiste à promouvoir les actions mises en œuvre dans les réseaux respectifs des deux partenaires.

D’ores et déjà, la convention prévoit un certain nombre d’actions mises en œuvre dès 2016. Le communiqué commun cite ainsi la participation de la DGS aux 8es Rencontres territoriales sur le thème « Collectivités territoriales et santé publique », organisées par le CNFPT les 27 et 28 septembre prochains. Sont également prévues la programmation et la mise en œuvre de formations nationales dans certains domaines jugés prioritaires : la santé mentale, la nutrition et la lutte contre l’ambroisie.

Dernière action citée : le déploiement de programmes de formation à l’animation territoriale et aux études d’impact santé, « afin de favoriser une culture commune en la matière entre agents de l’Etat et agents des collectivités territoriales, ainsi que les échanges de compétences et d’expertise pour valoriser et consolider la méthodologie d’intervention territoriale ».
Jean-Noël Escudié/PCA

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s